Actualités générales, Livres, revues, &c.

La Marseillaise, Strasbourg, Ed. du musée de Strasbourg, 2021

 

Depuis sa création en 1792 à Strasbourg par Rouget de l’Isle, jusqu’à ses interprétations contemporaines, La Marseillaise tantôt honnie, tantôt portée au triomphe, fait l’objet de nombreuses adaptations. Ce catalogue revient sur la genèse de ce chant et explore les raisons de sa mystification et son impact à l’étranger.

 

Pendant un an, de février 2021 à février 2022, une grande exposition dédiée au chant révolutionnaire devenu hymne national se tiendra dans trois musées de France. D’abord à Marseille, où le chant a trouvé son titre définitif en devenant l’hymne des Marseillais, l’exposition sera inaugurée au musée d’Histoire de Marseille. Ensuite à Vizille, dans l’Isère, au musée de la Révolution française, cette période ayant vu naître et grandir l’hymne en question. Enfin, Strasbourg clôturera la marche avec un “retour aux origines”, puisque c’est dans la capitale alsacienne que Rouget de l’Isle compose en 1792 cet hymne qu’il intitule tout d’abord Chant de guerre pour l’armée du Rhin. L’exposition y est organisée par le Musée historique de la Ville de Strasbourg.

Cette exposition itinérante et le catalogue l’accompagnant documenteront la personnalité de Rouget de l’Isle et le contexte de création de La Marseillaise, l’itinéraire révolutionnaire du chant et surtout sa postérité à travers le XIXe siècle, au cours duquel il accompagne différentes révolutions (en 1830, en 1848 ou encore pendant la Commune de Paris). Il devient après 1879 un symbole de la France républicaine, mais aussi de la nation lors des conflits mondiaux du XXe siècle. Symbole politique et patriotique, La Marseillaise imprègne pourtant les arts, reprise en musique dans des registres extrêmement divers, d’Hector Berlioz à Serge Gainsbourg en passant par l’introduction du titre des Beatles All You Need Is Love. Également source d’inspiration pour les peintres et les sculpteurs (tels Gustave Doré et François Rude), elle traverse également la littérature européenne (chez Victor Hugo, George Sand ou encore en figurant l’une des ” Très Riches Heures de l’humanité ” chez Stefan Zweig) et bien sûr l’histoire du cinéma avec une scène phare du chef-d’œuvre Casablanca (1942).

En effet, à l’étranger, La Marseillaise est le symbole de la France par excellence. En Europe, elle a suscité en réaction d’autres chants révolutionnaires, mais est aussi devenue l’hymne des révolutions jusqu’à la création de l’Internationale. Aujourd’hui, elle continue à être interprétée, dans des circonstances graves telles que les attentats survenus en 2015 mais aussi dans un contexte sportif plus positif.

Adulée ou détestée, La Marseillaise ne laisse personne dans l’indifférence. Le catalogue de l’exposition propose, à travers des essais généreusement illustrés, une synthèse de l’histoire et de la trajectoire de ce chant, des interprétations multiples et des répercussions de l’hymne à l’international. Avec une préface de l’historien Pierre Nora.

 

Lien vers le musée de la Révolution française à Vizille : https://musees.isere.fr/agenda/domaine-de-vizille-musee-de-la-revolution-francaise-visite-guidee-gratuite-du-musee-de-la